Create your own scene! - in seconds. 
Use it for header images, Product mockups, Environment designs etc.

A great way for any creative person to show off their work. In this psd you can create your own fully customizable desk environment where you can display your own, or your clients work. And there is A LOT of different ways to style it.
2 étoiles Mes Chroniques Romance Romans

13, rue Thérèse de Elena Mauli Shapiro

Trevor, un professeur américain qui vient d’emménager à Paris, découvre dans son bureau une vieille boîte remplie de lettres d’amour, de photos jaunies, et de souvenirs : des gants, des pièces de monnaie, un mouchoir en dentelle…
Tous racontent la vie de Louise Brunet, une Française ayant vécu au 13, rue Thérèse pendant la Grande Guerre.
L’universitaire commence à reconstituer l’histoire de la jeune femme : son amour indomptable pour son cousin mort au combat, son mariage de convenance avec un homme travaillant pour son père, et sa liaison avec un voisin. Mais alors que Trevor tombe peu à peu amoureux de la charmante et fougueuse Louise, une autre Française, bien vivante celle-là, compte bien le séduire et le garder près d’elle.
Le temps passe, la passion demeure.

Infos pratiques : Paru aux Editions Michel Lafon / 301 pages

J’ai acheté ce livre lors d’une vente privée Michel Lafon en Novembre 2014. Le résumé me disait bien…voici ce que j’ai pensé de sa lecture !

Mon avis : La Grande Guerre…de l’amour…de la passion…des souvenirs…voilà ce que nous dit le résumé de « 13, rue Thérèse » d’Elena Mauli Shapiro. Une fois ma lecture commencée, je trépignais d’impatience tant ce livre me vendait du rêve.

Et bien cela s’arrête là ! Je ne sais pas ce que j’ai lu, mais cela n’a rien à voir avec la quatrième de couverture. Si vous pensez lire un roman sur fond historique, passez votre chemin. Si vous souhaitez un livre un tant soit peu cohérent, vous êtes mal tombé.

L’histoire de fond est simple et prometteuse : Trévor découvre dans son tiroir (par l’intermédiaire d’un autre personnage) une boîte remplie de souvenirs appartenant à une certaine Louise Brunet, ayant vécu au 13, rue Thérèse à l’époque de la Grande Guerre. Il décide alors d’examiner minutieusement chaque élément présent dans cette boîte et de créer une histoire pour chacun d’entre eux afin de lever le mystère qui entoure la vie de Louise.

L’idée était très plaisante. En effet, cette histoire, basée sur des faits réels, à savoir l’existence de cette jeune femme et de cette boîte semblait à la fois mystérieuse et passionnante.

Je me voyais déjà en détective, cherchant à déceler les indices me permettant de comprendre la vie de Louise. Le principe même du livre me parlait : se baser sur des éléments existants afin de tisser une histoire fictive autour d’eux. Imaginer sa vie, ses déceptions, ses amours…tout ceci m’emballait réellement. De plus, j’étais impatiente d’en découvrir davantage sur cette époque particulière de l’entre deux guerres et sur la Grande guerre elle-même.

Et bien j’ai rapidement déchanté. La plume de l’auteure est maladroite, le lecteur se perd entre le réel et l’imaginaire, incapable de faire la différence entre les deux, à tel point que la lecture en devient pénible. Je n’ai pas saisi où elle souhaitait en venir…il n’y a aucun fil conducteur. Certains événements sont évoqués puis abandonnés sans réponse, sans explication.

Cette histoire, au final, traite principalement de coucheries et de fantasmes, tout cela à la limite de l’onirique.

Louise est une jeune femme coincée dans un mariage sans amour et stérile qui rêve sa vie plus qu’elle ne la vit…Je pense que ce personnage était censé me toucher…mais je n’ai pas réussi à m’attacher à elle tant les éléments retrouvés de sa vie ont mal été exploités par l’auteure à mon sens. Certes, ce personnage est intéressant, car il possède une personnalité assez forte qui s’avère véritablement hors norme pour l’époque…mais cela s’arrête là.

Nous passons d’une époque à l’autre, de Louise à Trevor sans le savoir et il est parfois difficile de se situer dans le temps.

La fin du roman quant à elle est totalement décousue. Le passé et le présent semblent se mêler…plongeant le lecteur dans un méli-mélo sans queue ni tête, duquel il ne s’extirpera malheureusement pas.

Vous refermez ce livre dubitatif, l’esprit embrouillé et remplit de questions qui n’auront jamais de réponses…pire encore,vous êtes frustré de constater que cette histoire avait un réel potentiel qui a été mal exploité. Je me demande vraiment pourquoi l’auteure a décidé de raconter la vie de Louise Brunet de cette manière.

Seuls points positifs, les images et les photos des objets contenus dans la boîte…cela rend le récit réel et plus vivant. Le postface du roman quant à lui, nous dévoile les raisons qui ont poussé Elena Mauli Sahpiro à écrire ce livre…ce qui est assez intéressant.

Je garde en tête cette phrase qui raisonne encore en moi : « La Louise Brunet dépeinte à l’intérieur est fictive. La vraie a disparu à jamais. Pourtant, elle m’a offert les étoiles. J’ai simplement dessiné les constellations. » Quel dommage…je suis triste de ne pas avoir vu ces étoiles ni même ces constellations. Je les avais rêvé pourtant…

En bref, une lecture assez chaotique, longue, dénuée d’intérêt par moment. Je me suis forcée à ne pas sauter de passages et à ne pas abandonner. Je voulais connaître le fin mot de l’histoire. Malheureusement pour moi, il n’y en avait pas !

2 sur 5

Victoria

Ecrire un commentaire