BD Coup de coeur Fantastique Fantasy Partenariats

Aristophania, Tome 1 Le Royaume d’Azur – Xavier Dorison, Joël Parnotte – Dargaud

« Marseille, 1900. Clément est un ouvrier apprécié de tous. Un homme juste et droit, père de famille, mais dont la vie semble receler d’étranges secrets. Sa mort sera aussi brutale que mystérieuse.

Gennevilliers, 1909. Les trois enfants de Clément ont grandi. Livrés à eux-mêmes, privés de leur mère qui croupit en prison, ils n’ont que la faim et la violence comme horizon. Un jour, une femme âgée prend contact avec eux. Elle se dit comtesse et prétend avoir connu leur père. Elle est à la fois étrange et rassurante, excentrique et attachante. Elle s’appelle Aristophania Bolt.

Pour les arracher à leur vie de misère, elle les emmène loin de leur grisaille quotidienne et des morsures de l’hiver. Direction le Sud, son soleil et ses calanques, ses rivières et ses paysages sauvages. Direction l’Azur – c’est ainsi qu’elle nomme ce qui ressemble, pour les trois orphelins émerveillés, au Paradis sur terre.

Mais il faut se méfier des apparences. Toute médaille a son revers, et l’Azur n’échappe pas à cette règle. Derrière la beauté et la lumière, de sourdes menaces étendent leur ombre. Elles ont pour nom Barboza, le chasseur de rats, ou encore le Roi banni et sa sinistre cour de laquais. Tous attendent leur heure, tapis dans les recoins des quartiers sombres de Marseille. Aristophania, la dernière fée d’Azur, convoquera toutes les ressources de sa magie afin de protéger les enfants et de les révéler à leur Destin…« 

 

Infos pratiques : BD / 64 pages / Public : Ado – Adulte dès 12 ans / Sortie : 18-01-2019 / Prix : 14,99 € / Partenariat

Je remercie les éditions Dargaud pour cet envoi. En lisant la quatrième de couverture, je savais que cette lecture allait me plaire. C’est assurément un coup de cœur et j’ai hâte de lire la suite de ce tome 1 ! Merci encore sincèrement !

Mon avis : L’histoire de cet album se situe en France, à Marseille plus précisément, au tout début du XXème siècle. Clément Francoeur, un ouvrier travaillant dans une fonderie, est assassiné dans de mystérieuses circonstances. Il laisse derrière lui, sa femme Adèle, désemparée, et trois enfants, Basile, Victor et Calixte qui devront désormais survivre, esseulés dans un 20ème siècle naissant qui n’a rien de tendre… 

Le lecteur comprend très tôt que si Clément Francoeur se disait simple ouvrier, il n’en était rien…un combat spectaculaire a lieu sous nos yeux dès les premières pages… une sorte d’affrontement entre le bien et le mal qui place d’emblée l’histoire dans un contexte fantastique. A la suite du meurtre de Clément, Aristophania qui était présente au moment des faits, conseille vivement à Adèle de fuir avec ses enfants car une menace plane sur eux…quelqu’un ou quelque chose est à leurs trousses. Avant de partir, la vieille comtesse leur donne un objet somme toute assez banal : un dé à n’utiliser qu’en cas de besoin.

Lorsque 9 ans après la mort de leur père, Adèle, la femme de Clément est jetée injustement en prison, les enfants se retrouvent seuls, sans personne pour s’occuper d’eux. C’était sans compter une vieille promesse faite 9 ans plus tôt…car bientôt apparaît dans leur vie cette fameuse vielle comtesse, aussi mystérieuse que singulière, qui vole à leur secours : Aristophania Bolt.

Les prenant sous son aile, elle les conduit dans un lieu aussi mystérieux qu’elle et leur dicte de drôles de règles. Ce petit paradis sur terre aux yeux des enfants est lui aussi doté de sa part d’ombre…rien n’est jamais aussi flamboyant qu’il ne le paraît et les enfants finiront pas s’en rendre compte. Là bas, ils tenteront d’en apprendre davantage sur la mort de leur père, la disparition de leur mère…leur identité propre… Au cœur de toute cette histoire ? L’Azur une étrange substance, une force, l’essence de toute chose…mais qu’est-ce exactement ?

Lors de ma lecture, j’ai eu le sentiment qu’il y avait un petit quelque chose de « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » dans cet album…sans doute parce que je venais de terminer cette lecture récemment me direz-vous. Mais certains éléments se font échos.

Chaque personnage est attachant et a un trait de caractère ou une qualité qui lui est propre : tandis que Basile porte la responsabilité de protéger son frère et sa sœur sur ses frêles épaules, il est également le rebelle du trio ; Calixte en est la rêveuse, l’innocence et la douceur ; et Victor, plus pragmatique, est la voix de la raison. Aristophania, quant à elle, est une sorte de pilier, un métronome qui semble maintenir un certain équilibre dans l’histoire. Aristophania Bolt est en effet un personnage extraordinaire. En apparence fragile parce qu’âgée, elle recèle de tempérament et de puissance…Sure d’elle, énigmatique, elle suscite énormément de questionnements. Cette comtesse semble posséder d’étranges pouvoirs et pourrait faire partie d’une société secrète en lien avec l’Azur.

« Aristophania : le Royaume d’Azur » est multiple : l’histoire dans l’Histoire…Sur fond de misère sociale et de lutte des classes émanant d’un 20ème siècle ancré dans l’industrialisation, une seconde histoire voit le jour en parallèle, celle d’une toute autre lutte, plus intrigante et mystérieuse…La magie poindrait-elle le bout de son nez ? Un monde obscur à souhait s’offre à nous…où le fantastique se mêle à la réalité.

En ce qui concerne le dessin de Joël Parnotte, il est maîtrisé et enchanteur. Il parvient parfaitement à retranscrire la misère ou la beauté d’un lieu, d’une situation. Nul besoin de mots…les gros plans, les regards nous parlent d’eux-mêmes par moment. Le scénario de Xavier Dorison est recherché, clair, captivant. Le lecteur, spectateur, se plaît à contempler des planches superbes.

En conclusion : Xavier Dorison et Joël Parnotte font fort avec cet album. Aussi esthétique que prenant, « Aristophania, le Royaume d’Azur » promet d’être une histoire fascinante. 

Ce premier tome place son intrigue, présente ses personnages, soulève des tonnes de questions…et donnera envie au lecteur, à coup sur, de se ruer vers son libraire dès que le tome 2 sera disponible !!

Victoria