Create your own scene! - in seconds. 
Use it for header images, Product mockups, Environment designs etc.

A great way for any creative person to show off their work. In this psd you can create your own fully customizable desk environment where you can display your own, or your clients work. And there is A LOT of different ways to style it.
Auto-édité Coup de coeur Mes Chroniques Partenariats Romance Romans Young Adult

Forever Young de Charlotte Orcival

C’est une histoire d’avant. D’avant les sms, les emails, les statuts Facebook. D’avant les iPods, les CD. D’avant la chute des tours du 11 septembre et celle du mur de Berlin.

De la pop anglaise explosait dans les écouteurs de mon premier walkman tandis que les radios FM diffusaient une perpétuelle soupe musicale qui nous racontait que nous aurions une jeunesse éternelle. Et moi, et moi, du haut de mes 13 ans tout frais, je n’imaginais même pas qu’elle ne pourrait pas l’être. Bien sûr, j’écrivais dans mon journal que ma vie était pourrie mais j’éclatais de rire dans la seconde suivante. Ceci est l’histoire d’une année de survie. L’histoire d’une première histoire avec l’amour.

« C’est la seule chose que j’ai comprise en 4 semaines ici : tant que personne ne s’est aperçu que tu es en morceaux, tu peux encore faire semblant d’être entière. Tant que personne ne sait que tu es morte, tu es encore vivante. Ne rien dire, ne rien dévoiler, nier le cas échéant s’il le faut…Si je cache cela aux yeux du monde, rien de grave ne m’arrivera et je peux même me prétendre à moi-même que je n’ai pas mal. » Page 30.

« Je crois que ce soir, dans la voiture, en me regardant descendre, quelque chose en lui me disait que cette enfant s’était évanouie. Ses lèvres me souriaient mais je pouvais deviner, derrière ses yeux gris, sa tristesse à le comprendre. […] Mon papa était mon héros. J’avais honte de tous ces mensonges qui me séparaient de lui. Mais je sentais aussi que me voir grandir lui coûtait et je voulais être encore ce qu’il voulait que je sois encore. Je ne me sentais pas le choix. » Page 109.

Infos pratiques :  Auteur auto-édité / 314 pages

Je tiens tout d’abord à remercier très chaleureusement l’auteure pour sa gentille proposition. J’avais vu passer son roman sur la toile et j’en avais lu de nombreuses critiques élogieuses. Lorsqu’elle m’a proposé un partenariat, je n’ai pas pu refuser même si ma PAL me criait de ne rien accepter de plus. Une fois son roman terminé, je me dis que je suis véritablement très chanceuse d’avoir pu découvrir cette merveilleuse histoire…Merci encore pour ce déluge d’émotions.

Mon avis : Au moment où je vous livre ces mots, mes yeux sont encore embués de ce qu’ils viennent de lire…de ce que je viens de vivre. Ce livre est touchant à un point…c’est déconcertant. Peut-être parce que je me suis vue dans ces lignes…peut-être parce que Charlotte Orcival a su trouver les mots pour m’atteindre…

Forever Young m’a plu avant même de le lire…sa couverture, son synopsis…je savais que j’allais aimer cette histoire, peu importe la direction qu’elle allait prendre, je sentais dans mon fort intérieur que j’allais être emportée je ne sais où par la plume de son auteure.

Il y a des livres qui vous marquent parce qu’ils sont remarquablement bien écrits, d’autres qui vous touchent parce que l’histoire vous parle. Ici, pour son premier roman, Charlotte Orcival réussit le pari de nous livrer un roman qui réunit les deux ! Je ne sais trop comment le décrire mais j’ai été, le temps de 300 pages, cette petite Anna de 13 ans… Ce boom en plein cœur, riche de nostalgie et d’intensité, m’a complètement retourné.

D’un côté nous avons Anna, petite gamine d’à peine 13 ans qui débarque avec sa famille en Bretagne…de l’autre nous avons les tourments, les questionnements, les bonheurs et les aléas qui remplissent généralement la période de l’adolescence. Ces mêmes « soucis » qui nous semblent pharaoniques étant jeunes et qui donnent le sourire à leur évocation une fois devenus adultes.

Charlotte Orcival m’avait prévenu en m’envoyant son roman : il comportait quelques coquilles, mais je vous avoue ne pas m’être embarrassée de ces détails tant l’histoire de ce roman est prenante. A dire vrai, je pense que le lecteur lui pardonnerait n’importe quelle faute de frappe, n’importe quelle maladresse ou oubli…

Lorsque j’ai commencé ma lecture, je me suis demandée si je n’étais pas, au final, trop ‘âgée’ pour lire et aimer un livre sur l’adolescence…Serais-je touchée par les mots de son auteure ? Pourrais-je m’identifier au personnage principal ou tout du moins m’accrocher à l’histoire ? Les débuts ont été assez mitigés, non pas parce que l’histoire était inintéressante ou trop longue à se mettre en place, mais surtout parce que j’avais quelques appréhensions sur la suite des événements. J’avais déjà lu des journaux intimes, je m’étais déjà plongée dans les confidences de personnages assez jeunes et j’avais pu constater qu’il n’est pas toujours évident d’être happé par une histoire de ce type. S’identifier au personnage central est parfois difficile.

C’est au moment où j’ai pris conscience que ma lecture m’emmenait sur des chemins insoupçonnés que j’ai compris que Charlotte Orcival n’allait pas se contenter de me parler d’une banale histoire d’amour entre deux ados...j’allais à la fois pouvoir la vivre comme l’adolescente que j’ai été autrefois, mais également la lire comme l’adulte que je suis devenue. Certains pourront trouver que la plume de l’auteure ne retranscrit pas toujours le langage d’une véritable ado de 13 ans, en effet, certains termes sont à mon sens assez complexes et rarement utilisés même lorsque l’on rédige un carnet intime. Néanmoins, j’ai apprécié ce mélange de genres justement. Ces mots d’adulte, mélangés au reste beaucoup plus léger. C’est ce qui m’a d’ailleurs permis de m’immerger complètement dans ce roman.

Et pour m’immerger…je n’y suis pas allée de main morte ! Une fois prit dans l’histoire, le lecteur ne peut pas s’en défaire…J’ai tout aimé : les personnages centraux, les personnages secondaires, les lieux, les moments forts, les déconvenues…j’ai souris, j’ai ris, j’ai pleuré… Ce fut un crescendo émotionnel tout au long de ma lecture.

Tout était tellement authentique, si bien évoqué, traité, approfondit…Les premiers émois, le sentiment d’abandon, de rejet, de solitude…l’impression que personne ne vous comprend ou ne se soucie de vous par moment…La naissance des sentiments amoureux, l’amitié que l’on croit éternelle…Les promesses que l’on se fait, persuadés qu’elles dureront toujours…La découverte de son corps, du plaisir que l’on peut en tirer…L’éveil du désir, les regards qui changent… Les petits mensonges que l’ont fait à ses parents… Les cours que l’on sèche parfois par amour ou par dépit…

Charlotte Orcival aborde avec délicatesse et tact le sujet de l’adolescence et nous livre là un roman époustouflant. Sa plume, toujours juste, agréable et recherchée a tout d’une « grande ». Ce n’est pas toujours évident, lorsqu’on est loin de ses 13 ans, de parvenir avec autant de facilité à prendre la voix d’une adolescente et d’aborder certains sujets tels que la mort avec les mots justes. Pourtant, l’auteure y parvient remarquablement.

En conclusion : Je remercie vraiment de tout cœur Charlotte Orcival pour ce partenariat, pour ce moment des plus agréables qu’à été la lecture de Forever Young. J’ai, l’espace d’un moment, retrouvé la petite Victoria que j’ai été…j’aurais presque pu lui parler tant Anna me la rappelait, tant j’avais l’impression de pouvoir la toucher du bout des cils…

Lisez Forever Young…laissez-le vous emporter…vous ne le regretterez pas…

Je me suis sentie « chez moi », merci encore pour ce moment si intense…si poignant !

5 coeurs

Victoria

 

 

 


Ecrire un commentaire