Create your own scene! - in seconds. 
Use it for header images, Product mockups, Environment designs etc.

A great way for any creative person to show off their work. In this psd you can create your own fully customizable desk environment where you can display your own, or your clients work. And there is A LOT of different ways to style it.
Coup de coeur Mes Chroniques Partenariats

La Délicatesse du homard de Laure Manel

Derrière la carapace, il y a une délicatesse subtile et insoupçonnée
François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question.

Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

Infos pratiques : Broché / 352 pages / 18,95 € / Editions Michel Lafon / Partenariat

Je remercie une nouvelle fois Laure Manel pour ce partenariat qui m’a beaucoup touché. Merci pour votre confiance renouvelée et votre gentillesse.

Mon avis : Après L’embarras du choix et Histoire d’@ je ne vous cache pas que Laure Manel est devenue l’un de mes auteurs préférés…Quel talent ! Une simplicité qui vous touche, une plume qui vous émeut, vous surprend. Elle me fait d’ailleurs beaucoup penser à Amélie Antoine, une autre auteure que j’apprécie tout particulièrement. 

Dans son dernier roman, Laure Manel sait vous captiver et vous émouvoir en un rien de temps. Quelques mots lui suffisent pour vous amener là où elle le veut.

« La délicatesse du homard » est en réalité l’histoire de deux histoires, qui vont, au fil des pages, se découvrir et s’entremêler. C’est l’histoire d’une rencontre inattendue, d’un cheminement vers soi, d’un passé lourd (trop lourd) à porter et d’un présent qui panse…

Dans ce nouveau roman nous faisons la connaissance de deux personnages, deux êtres cabossés par la vie qui tentent tant bien que mal de panser leurs blessures, d’avancer, d’oublier, de fuir…

D’un côté, nous rencontrons François, un homme bourru, solitaire qui dirige un centre équestre. François se refuse manifestement à l’amour. D’une générosité incroyable, il se révèle rapidement être un homme bon et qui a beaucoup de cœur, même si celui-ci est recouvert d’une épaisse carapace voulue inviolable. Abîmé à sa façon, il semble malgré tout avoir trouvé son équilibre.

D’un autre côté, il y a Elsa, une jeune femme discrète qui a vécu des événements particulièrement blessants dans sa vie personnelle…Elle a tout quitté, son travail, ses amis, sa famille et jusqu’à son identité même.

Quand ils se rencontrent au détour d’une promenade de François, rien ne laisse penser que leurs vies vont irrémédiablement changer…mais le destin nous réserve parfois d’étranges surprises…

Elsa est une énigme. Un mur… Visiblement dépressive, elle peine à s’ouvrir. Nous ne savons que très peu de choses d’elle au début du roman. Qui est-elle ? Que lui est-il arrivé ? Seuls les différents indices égrainés au fil de notre lecture par l’auteure nous permettent de comprendre page après page ce qui l’a conduite sur cette plage un soir des plus banals.

A la suite de cette rencontre inattendue, va commencer une cohabitation un peu particulière entre ces deux inconnus que tout sépare. Elsa est sauvage, discrète, et toute étincelle de vie semble avoir déserté son être ; François quant à lui est davantage ouvert, il accepte certains moments de bonheur, se refuse à d’autre et sait se protéger comme personne. Il a ses habitudes et sa vie lui plaît telle qu’elle est.

Pour ne pas souffrir plus que de raison, chacun d’entre eux s’est construit une carapace dans le seul but de se protéger, de ne plus souffrir comme ils ont pu le faire par le passé, comme ils continuent de le faire peut-être…Leur volonté est simple : ne plus laisser qui que ce soit les approcher de trop près, au risque d’être touchés en plein cœur et de le voir saigner de nouveau.

Dans ce roman empreint de poésie, se crée un récit à deux voix, celle d’Elsa et celle de François. Tour à tour ils nous dévoilent leur ressenti, leurs histoires, celles des non-dits et leur histoire commune, plus complexe, fragile. Et c’est toujours avec beaucoup de délicatesse et de pudeur que l’auteure nous dévoile leur passé, leurs sentiments, leur vision de l’avenir…Ainsi, nous saisissons toutes les nuances de ces deux personnages. Toutes les cartes nous sont données, tout est fait pour que nous puissions comprendre Elsa et François…et nous y accrocher.

Lorsqu’ils commencent à se dévoiler, lorsque certaines barrières semblent tomber, commence alors un long processus d’apprivoisement. A la manière d’un cheval blessé qui accepte de se laisser approcher, François devra faire preuve de beaucoup de patience et d’abnégation avant de pouvoir réellement approcher Elsa qui peine à faire confiance à qui que ce soit.

C’est une histoire de deuxième chance qui nous enjoint à ne jamais renoncer, à croire que derrière la tristesse et l’amertume peuvent toujours percer quelques rayons de bonheur…que la vie est rempli de surprises et qu’il faut parfois bousculer nos plans, changer de route, se laisser surprendre pour avoir droit à sa part de bonheur.

Ce roman porte on ne peut mieux son titre…délicat à souhait, il s’effeuille avec délice et envie. Retirer la carapace de nos deux protagonistes ne sera pas chose aisée, mais une fois fait, le lecteur découvrira ce qui se cache réellement derrière Elsa et François, derrière les silences et les absences, derrière les petits gestes anodins qui ont parfois tant d’importance.

Je ne suis pas, pour ma part, une grande fan du monde équestre, j’avais donc peur d’être perdue et de me lasser à la lecture de certains passages. Et bien non, rien de tout cela. Comme à son habitude, Laure Manel parvient à doser comme il se doit chaque élément qui compose son roman. Certes nous évoluons dans un monde où les chevaux ont une certaine importance puisqu’ils font partie de la trame de fond de cette histoire, mais bien au delà de cela, nous nous rendons rapidement compte que ce contexte est également un moyen qui permet à l’auteure de tisser le fil de son histoire, de lier, de panser.

Ce roman a son propre rythme. Il ne lasse jamais et intrigue de bout en bout.

En conclusion : « La délicatesse du homard » est un roman délicat, fin, lumineux. Vous y découvrirez une histoire profonde et vous serez touché par ce roman puissant qui parle d’une longue, douloureuse mais nécessaire renaissance. Laure Manel nous offre là des personnages émouvants et un récit à la sensibilité exacerbée. Elle sait créer un lien invisible entre le lecteur et ses personnages et parvient avec toujours autant d’adresse à faire naître une empathie non feinte chez le lecteur. Et comme toujours, sa plume recherchée et poétique nous cajole autant qu’elle nous ravit.

Un roman à lire et une auteure à suivre de très près, je vous le dis !…en tout cas moi, je la suis et ce n’est pas près de changer !

5 coeurs

Victoria

Comments (1)

  • MERCI MERCI MERCI Victoria ! Je suis très très touchée ! Le petit dernier est sorti aujourd’hui, j’imagine que cela ne t’a pas échappé ;-). A très bientôt et au plaisir de te rencontrer en vrai !

    Répondre

Ecrire un commentaire