4 étoiles Dystopie Mes Chroniques Science Fiction Young Adult

La Dernière Etoile (tome 3 de la 5ème Vague) de Rick Yancey

1ère vague : Extinction des feux. / 2ème vague : Déferlante. / 3ème vague : Pandémie. / 4ème vague : Silence.  / À l’aube de la 5ème vague…

L’ennemi, c’est l’Autre. L’ennemi, c’est nous. Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu’elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver…
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient notre planète. Trahis d’abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau… ou sauver ce qui les rend humains.

Infos pratiques : Format broché / Editions Robert Laffont / Sortie : 26 Mai 2016 / 418 pages

Mon avis : Après des mois à trépigner d’impatience en attendant la sortie du dernier volet de la trilogie La 5ème vague…après le visionnage de l’adaptation cinématographique du premier tome…après la déception qu’elle m’a causée…après tout cela…je n’en pouvais plus d’attendre…et le voici ! C’est avec nostalgie, tristesse et soulagement que je fermais ce troisième tome…cette Dernière étoile qui a bien faillit terminer en étoile filante tant sa lecture a été mitigée…il m’a d’ailleurs fallut plusieurs chapitres avant de rentrer vraiment dans l’histoire…et là, ce fut le déclic ! Je retrouvais de nouveau la magie des deux précédents volets de cette fabuleuse trilogie !

Tout d’abord, pour tous ceux qui, comme moi, ont lu le second tome il y a un petit moment déjà, je vous conseille de relire la fin de « La Mer Infinie ». Ne l’ayant pas fait personnellement (trop pressée de débuter ma lecture), j’ai mis beaucoup (trop) de temps à me glisser dans l’histoire, ne comprenant pas grand chose de tout ce qui se déroulait « sous mes yeux ».

Dans « La Dernière Etoile », nous retrouvons donc Cassie, Zombie, Evan, Ringer, Nugget (et Megan), mais ce ne sont plus vraiment les personnages que nous avions rencontré au cours du tome 1…Ils ont mûris, ils ont évolué, chacun à leur manière et sont bien différents des adolescents qu’ils ont pu être. L’innocence des débuts est bien loin derrière. Ils ont appris de leurs erreurs et ont dorénavant un but, un objectif ultime. Il s’y tiendront, coûte que coûte.

L’intrigue suit son cours, le lecteur étant immédiatement plongé dans le vif du sujet dès les premières pages. Certains passages sont contés à la première personne, d’autres le sont à la troisième…Les ressentis et le vécu d’Evan Walker par exemple nous sont racontés d’un point de vue externe, tout comme celui de Nugget. Ce dernier, jusqu’alors quelque peu mis de côté, trouve enfin sa place dans le récit.

Cette alternance des points de vue permet ainsi d’une part, de rythmer le roman de manière inédite et d’autre part, de creuser chaque personnage le plus habilement possible. Le lecteur découvre « l’envers du décor » et se retrouve systématiquement au cœur de l’action et des événements.

La plume de Rick Yancey est toujours aussi belle et puissante. Cet auteur a un réel don…ses écrits sont profonds. Il maîtrise le verbe avec beaucoup d’aisance et le magnifie d’un rien. C’est un plaisir et un délice à lire.

Selon moi, la force de cette trilogie réside dans la crédibilité des événements. Rien n’est tout blanc ou tout noir. Les protagonistes pourraient sans soucis être n’importe qui…vous, moi, eux. Chaque passage de ce roman a son importance et permet au personnage dont il est question de nous faire vivre ses fêlures, ses déceptions, ses rêves…

Dans leur situation ne serions-nous pas nous même parfois désœuvrés, anéantis ? Aurions-nous la force de nous relever, coup après coup ? Garderions-nous espoir ? Serions-nous encore nous-mêmes, fidèles à nos principes quoi qu’il en coûte ?

Dans ce troisième et dernier volet, Ringer a de nouveau une place de choix dans l’intrigue…n’étant pas vraiment fan de ce personnage, j’ai été quelque peu déçue que Cassie n’ait pas plus d’importance.

La moitié du roman peine à se mettre en place, la seconde moitié par contre ne vous laissera plus toucher terre tant vous serez transporté par l’auteur et l’intrigue mise en place.

Par contre, j’avoue que certains passages, même après relecture m’ont semblé incompréhensibles. Les explications données manquent de consistance et elles m’ont perdu.

La couverture de ce roman quant à elle est magnifique ! La collection R fait toujours un énorme effort concernant les couvertures de ses livres et je trouve cela fort appréciable. Un lecteur attache souvent de l’importance à une couverture. Pour ma part c’est presque toujours ce qui me donne envie de me plonger dans une histoire et il faut admettre que les couvertures de la trilogie sont superbes !

Et cette fin…………surprenante……….magistrale je dirais………….elle ne vous laissera pas indifférent. C’est impossible.

En conclusion : Tour à tour dérouté et émerveillé, le lecteur trouvera enfin des réponses à ses questions…mais pas uniquement. L’auteur l’emmènera vers une réflexion plus large, plus philosophique et vers une conclusion plus poétique encore que ce à quoi il aurait pu s’attendre. La Dernière Etoile, ce titre étrange, évocateur, en dit tellement et si peu à la fois. Pourtant, avant d’en avoir tourné les dernières pages, vous ne pourrez en saisir le véritable sens.

Quand je regarderai le ciel dorénavant, je repenserai à ce livre…à cette fin, belle, terrible, triste et douce à la fois.

Vivre…apprendre à survivre…survivre…réapprendre à vivre…Vivre.

Nous oublions trop souvent l’importance de ce qui nous lie les uns aux autres…ces petits rien…ces petits « traits d’union » que l’on remarque à peine…tout ce qui fait que nous sommes ‘nous’ et qu’ensemble nous sommes l’Humanité.

Ce livre vous le rappellera et continuera de raisonner en vous plusieurs jours après en avoir tourné la dernière page…

4 sur 5

Victoria