5 étoiles BD Fantastique Fantasy Jeunesse Mes Chroniques

Nils, tome 1 : Les élémentaires de Antoine Carrion et Jerôme Hamon

« Selon de vieilles légendes, il existerait un monde au-delà de la matière. Un monde constitué d’êtres lumineux, sans lesquels cette matière resterait inerte. Ainsi, quand les territoires du Nord, jadis fertiles et florissants, se muent en terres arides où plus rien ne pousse, ces légendes ressurgissent et les regards se tournent vers les dieux anciens…

Jeune garçon dans la fleur de l’âge, Nils, accompagné de son père, tente d’élucider ce mystère. Il rencontre ainsi ces êtres lumineux, les âmes de la nature qui le guident jusqu’à un royaume voisin à la technologie avancée… Une quête qui bouleversera son existence. »

Infos pratiques : Editons Soleil (Métamorphose) / 56 pages / Sorti le 25 Mai 2016 / 14,95 €

Lorsque le vendeur responsable du rayon m’a parlé de « Nils », il l’a fait dans ces termes : studio Ghibli, Miyazaki, onirique, poétique, magnifique. Il ne m’a pas fallu 2h pour me décider. Pour lui ce fut un beau coup de cœur. Personnellement, je n’irai pas jusque là, mais j’avoue avoir beaucoup apprécié cette lecture. 

Mon avis : Lorsque vous démarrez votre lecture, vous découvrez un trait de crayon précis et délicat. Antoine Carrion est très doué. Les émotions passent sans peine, les mots sont parfois inutiles tant le dessin vous transporte.

Nous entrons directement dans le vif du sujet dès les premières cases. Les habitants d’un village situé dans les terres du Nord sont inquiets : plus rien ne pousse, plus aucun bébé ne voit le jour. Nils et son père décident alors de partir en quête de réponses et d’aide. Un long et périlleux voyage commence, ponctué de rencontres, d’étranges découvertes, de mauvaises surprises…

La nature a une place prépondérante dans cette lecture. Vous y découvrirez d’ailleurs de petits êtres qui vous feront penser, à coup sur, aux esprits de la forêt présents dans « Princesse Mononoké » chez Miyazaki. Ces êtres, les élémentaires de la nature, disparaissent sans que l’on sache très bien pourquoi. La nature est en péril.

Ce qui frappe le lecteur tout au long de sa lecture réside dans la symbiose parfaite qui existe entre l’illustration et la narration. Le trait de crayon, les couleurs, le récit, tout s’imbrique à merveille.

La beauté des paysages, de la nature, le travail sur la lumière, les couleurs choisies par Antoine Carrion, captivent et embarquent le lecteur dans une atmosphère bien particulière. Les décors, soignés, fourmillent de petits détails et apportent beaucoup de profondeur au scénario. Nous sommes rapidement immergés dans les méandres d’une histoire magique. Je dirais même « maîtrisée ». Mythologies et croyances sont diverses et variées chez « Nils », en cela Jérôme Hamon nous offre une histoire originale et recherchée. Les personnages sont creusés juste ce qu’il faut pour que le lecteur puisse s’y attacher le temps d’un tome. L’action vous captive et l’ambiance générale vous touche.

De plus, il faut bien admettre que les ouvrages de la Collection Métamorphose sont superbes. Leurs couvertures sont toujours soignées, c’est du beau travail. Souvent en relief, au toucher sans pareil, cette collection se démarque des autres BD.

Dans ce tome, nous sommes confrontés à deux mondes : l’un délicat et fragile, l’autre mécanique. Tandis que le premier est en danger, l’autre accroît sa force jour après jour.

Au fil de notre lecture, nous découvrons de nombreux personnages : des destins qui se croisent et s’entremêlent. La relation entre Nils et son père par exemple est assez conflictuelle. Tandis que l’un essaie d’imposer sa sagesse, son expérience pour protéger et préserver son fils, l’autre, éprit de liberté, désire vivre ses propres expériences, quitte à commettre des erreurs…

Même si nous obtenons page après page des éléments de réponse, une grande part de mystère subsiste. Qu’est-ce que « Cyan » ? Qui sont ces déesses qui s’immiscent dans la vie des hommes ? La lecture de ce tome soulève tant de questions. Il y a de quoi être frustré lorsque vous en tournez la dernière page.

En conclusion : Nils est une histoire poétique, onirique sur fond écologique qui mêle avec brio fantastique et mythologie. Une BD, très actuelle et toute en finesse qu’il serait bon de mettre entre toutes les mains afin de sensibiliser petits et grands au devenir de notre planète. 

J’attends impatiemment le tome 2…et j’en profite pour vous conseiller cette mystérieuse et envoûtante lecture. Il ne m’a manqué qu’un « petit quelque chose » pour que ce soit un coup de cœur.

Victoria

5 sur 5