3 étoiles BD Jeunesse Mes Chroniques

Nils tome 2 : Cyan de Jérôme Hamon et Antoine Carrion

« Selon de vieilles légendes, il existerait un monde au-delà de la matière. Un monde constitué d’êtres lumineux – les élémentaires, sans lesquels cette matière resterait inerte. Ainsi, quand les territoires du Nord, jadis fertiles et florissants, se muent en terres arides où plus rien ne pousse, ces légendes resurgissent.
Jeune garçon dans la fleur de l’âge, Nils, accompagné de son père, se lance dans une longue quête afin d’élucider ce mystère. Il doit, à présent, trouver Yggdrasil, l’arbre de vie qui fait le lien entre les neuf mondes et libérer les élémentaires.
De son côté, Alba doit se rendre au royaume de Cyan afin de se confronter à l’ennemi… »

Infos pratiques : Album / Editions Soleil / Collection Métamorphose / Sorti le 8 Novembre 2017 / 15,50 €

Mon avis : Après un tome 1 très prometteur, remplit de poésie et qui avait su me captiver, Jérôme Hamon et Antoine Carrion reviennent avec un deuxième tome très attendu et qui semble prometteur : une couverture sublime et une quatrième de couverture qui donne envie de se plonger littéralement dans sa lecture.

D’un côté nous retrouvons donc Nils, parti au Nord à la recherche de l’Arbre des Neuf mondes, Yggdrasil. De l’autre, nous avons Alba, en route vers le royaume de Cyan… L’affrontement est proche.
En trame de fond : les trois déesses sœurs qui observent les humains et décident d’intervenir dans leur destinée. Cette fois, elles prennent davantage de place dans le récit ce qui est très appréciable tant le mystère qui les entourait était palpable dans le premier tome. Le lecteur apprend ainsi leur implication dans le processus de création de toute chose.

Précédemment, le lecteur avait été charmé par la beauté du dessin, la poésie, l’histoire onirique, les références à Miyazaki, l’intrigue passionnante…Ce tome deux, de part sa splendide et mystérieuse couverture (comme toujours dans la collection Métamorphose), nous vendait donc du rêve.

Toutefois, la magie n’a pas opéré cette fois-ci. J’ai été très déçue par ma lecture et j’en suis la première désolée car je n’aime pas écrire des chroniques négatives. Mais là, j’ai réellement eu la sensation, tout au long de ma lecture, d’un survol de tout…rien n’est véritablement creusé. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais cela rend la compréhension de l’histoire assez difficile par moment.

Tout d’abord, le début du roman est assez déroutant : j’ai eu l’impression d’avoir manqué une page ou deux car l‘articulation entre les deux tomes est manquante. Certains personnages ne sont plus là où nous les avions laissés…les scènes d’actions sont trop rapides…les différents points de vue se succèdent sans lien…tout ça finit par être perturbant ! 

Ensuite, ce qui avait fait le charme de cette BD est aux abonnés absents : l’onirique et la poésie ont laissé place à la tristesse, l’obscurité et le pessimisme…C’est assez pesant et lourd pour le lecteur à bien y réfléchir.

Les personnages, quant à eux, ne m’ont pas touchée et je n’ai pas ressenti grand chose au fil de leurs péripéties.

Ce deuxième tome est donc moins abouti. Les dessins semblent d’ailleurs avoir été réalisés à la hâte par moment. Nous restons dans des tons de bleu, ce qui colle parfaitement à la froideur de cette histoire et au manque cruel d’espoir mais cela finit peut-être par refroidir le lecteur…

L’idée générale et le scénario sont très intéressants mais l’ensemble fait brouillon. Il y a matière à passionner le lecteur et à lui en mettre plein les yeux, néanmoins, je pense que ce tome est trop sombre. Les cases avaient beau se succéder, je ne percevais pas toujours le fil conducteur qui les liait.

En conclusion : Nils est une jeune BD qui bouscule les codes en se faisant davantage contemplative que ses consœurs. Le lecteur peut rester plusieurs instants à détailler les superbes illustrations présentes en double-pages. Le scénario est intéressant bien que sombre et à tendance dépressive. Je pense qu’il manque une touche de lumière dans ce second tome. Le précédent était davantage lumineux et cela empêchait cette impression d’oppression.

Malgré les quelques déceptions rencontrées dans Nils 2, je vous conseillerai de lire cette BD, car je pense que la manière dont vous percevrez ce second tome dépendra de votre état d’esprit et de vos attentes du moment.

Victoria

Ecrire un commentaire